Petits et grands plaisirs de l’hiver

Manger non detox : aligot, potée, saucisse aux lentilles. Ou pour les plus ambitieux cette spécialité trouvée dans un restaurant de routiers sur la route de Vezelay : les moules à l’andouillette. Ou au contraire (car comme le dit Aristote « Une âme morte est une âme habituée. »)  : suivre un Carême bien strict (la règle du Carême est bien plus cool que le Ramadan : faites la liste de tout ce que vous aimez dans la vie, et essayez de vous priver d’au moins une chose pendant ces fichus quarante jours) (moi j’ai choisi alcool et café).

Avoir froid chez soi : oui alors moi j’aime bien avoir froid. Je sais c’est bizarre (problème de régulation thermique?). Peut être parce qu’au fond il est facile de lutter contre le froid : grogs, ménage, rangement, déplacer des piles de livres (un sport chez nous), couvertures. J’ai même été servie au delà de mes attentes avec une panne de chaudière, qui m’a fait atteindre une sorte d’orgasme thermique (16 degrés au réveil dans la salle de bain, et pas d’eau chaude).

Traverser Paris à vélo ou à pied. Faire du vélo l’hiver provoque un plaisir surhumain. Peut être parce qu’on est seuls ou presque, ou parce qu’on a la fierté de braver les éléments. Prévoir quand même une paire de gants adéquats sous peine de risquer de perdre un doigt.

Lire Les blogueuses lifestyle l’ont remarqué : en hiver c’est cool de « se lover dans son pyjama en pilou avec un bon pavé tiré de ma PAL » (Pile A Lire, pour les moins connectés d’entre nous). En été aussi, mais disons que l’hiver avec ses journées courtes est une saison plus propre à l’introspection et à la méditation, et à l’exploration de l’histoire de la pensée occidentale. Côté pavés, je vous déconseille City on Fire malgré le battage médiatique qui a été fait sur ce livre, rattrapez plutôt votre retard en vous plongeant dans le Capital au XXIème siècle, en plus vous pourrez frimer dans les dîners (il s’avère que tout le monde a acheté ce livre, mais relativement peu de personnes, à part mon père, ne l’a lu de la première à la dernière page) (il me bat car il s’est en plus farci le détail des tableaux excels que Thomas Piketty fournit sur son site, pour vérifier qu’il n’y avait pas d’erreur de calcul) .

Sécher les soldes de janvier et les collections de printemps qui sont déjà dans les boutiques alors qu’il fait 1 degrés dehors (industrie de la mode, ta bêtise te perdra). Ben oui maintenant que je suis ZD (« zéro déchet ») la non-consomnation est mon quotidien. Autant de temps de gagné, pour faire des choses intéressantes (cf supra). Rassurez vous je reste extrêmement bien habillée grâce à une penderie accumulée pendant les années où ma conscience de classe était moins acérée.

Faire la tête (voire pour les plus ambitieux une dépression). Eh oui si le printemps et surtout l’été sont d’ignobles saisons de convivialité, d’apéros éreintants, et de mâles en rut, la saison hivernale (et en particulier ce début 2016 avec son cortège de morts) est le moment rêvé pour méditer sur la brièveté de l’existence humaine, relire le livre de la Sagesse (un des plus beaux de l’Ancien Testament, curieusement sous estimé, ce geignard de Job tenant le haut du pavé) ou les Pensées de Pascal.

Ne voir personne. Je ne sais pas si vous avez remarqué mais la plupart des tentatives de vie sociales qu’on peut avoir en hiver, même modestes (et si on se faisait livrer une pizza?), sont en général toutes balayées par cet obstacle numéro un : la gastro des enfants (et souvent juste après des parents).

Se lancer dans des projets ambitieux. Après tout c’est le début de l’année, on peut encore croire à ses bonnes résolutions, grâce au temps libéré plus haut. Moi je me suis mise au défi de lire douze livres par mois (je me traînais à une moyenne faiblarde de huit à neuf les autres années).

Regarder toutes les incroyables recettes hivernales bio, vegan, sans gluten et trop bonnes de tous les blogs de cuisine, pour finir avec une salade d’endives, du pain beurré, et une tablette de chocolat (temps de préparation 2mn et demi, risque d’exécution minime).

 

 

3 réponses

  1. Ha bah je vois qu’on a le meme genre de géniteur (sauf que le mien n’a pas pu aller vérifier les fichiers excel de Piketty sur internet car il ne sait toujours pas comment allumer l’ordinateur)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *