L’été – la suite

Alors, oui, je me suis acheté un vélo. Il va un peu trop vite pour les rues parisiennes mais me donne carrément envie de me lancer sur les routes de la vallée de Chevreuse, dès que je me serais offert un casque. Je m’en sers tout le temps, pour tous mes trajets, ai investi dans un antivol de compète et pour l’instant c’est la lune de miel, surtout quand je double ces ringards de Velib grâce à mes deux plateaux et mes douze vitesses. Par contre être propriétaire d’un vélo vous expose à des angoisses nouvelles : et si je crève? et si on me le vole? et je gare mon vélo à l’autre bout du 19ème et que je rentre en métro et que je dois aller le rechercher le lendemain?

Par contre promis juré je ne succomberai pas à cette horrible vague du triathlon qui sévit sur les blogs de sport et forme.

Sur le no-poo, à part un passage capillaire catastrophique en Grèce qui m’a sacrément donné envie de me raser le crâne, ça marche plutôt bien même si certains jours mes cheveux sont beaux comme dans une publicité, et d’autres complètement raplaplas (bon un peu comme du temps où je faisais des shampoings en gros). Sauf que j’apprécie le gain de temps, d’argent et de lecture d’étiquettes au rayon beauté du monop (le sérum gloss lisseur de boucles enrichi au Monoï ou le masque réparation intégrale au cactus?). Plus : je les coupe avec la lune (oui quand on a les cheveux bouclés on peut faire un peu n’importe quoi même les couper soi même) (réfléchissez si vous prenez ce diagramme à l’envers ça marche pour l’épilation CLEVER!!). Donc à part les brosser bi-quotidiennement je ne les lave plus. Enfin je fais un masque au rhassoul une fois par semaine, suivi d’un rincage au vinaigre de cidre et c’est tout.

Sur la non consomnation, notre voyage en Grèce m’a aidé à me rendre compte que la plupart des objets ne servaient pas à grand chose. Je n’ai pas mis mon intérieur en vente sur le bon coin, mais je ne me suis rien achetée à part un nouveau germoir (oui j’ai un problème avec les germoirs) et mon vélo.

Enfin je ne mange presque plus de viande (soyons honnête j’ai du mal à dire non quand je suis invitée à dîner) et n’épargne à mon entourage aucune tirade sur les méfaits de l’élevage industriel.

En revanche emportée par des réflexions intenses sur mon avenir professionnel et d’autres péripéties estivales, je n’ai eu le temps de m’attaquer à mes deux autres résolutions comme de devenir une déesse du longboard et d’écrire plus souvent sur ce blog un peu salement en friche (mais c’est terminé comme vous pouvez vous en rendre compte).

7 réponses

  1. Mon vélo d appartement ( mais je savais que c etait une mauvaise idée dès le départ …) sèche dans un coin et ne m aura fait que très peu d usage ( et beaucoup la gueule ) … Bravo à toi pour les défis relevés !

    • Oui c’est comme mes nombreux abonnements en salle de sports que j’ai utilisés pour trois séances. Heureusement j’ai un appart beaucoup trop petit pour le vélo d’intérieur sinon je pense que j’aurais succombé un jour où l’autre aussi….

  2. Pour ne pas crever il faut mettre des pneus Schwalbe 🙂 (parole de renardeau, j’en avais trop marre de crever tous les jours à cause des gros crados qui jettent des morceaux de verre dans les pistes cyclables parisiennes ^^)

  3. pour le vélo, t’inquiète, les crevaisons font découvrir le trajet à pied, ça a son charme, et c’est plus rare d’avoir cette excuse de retard à donner que celle du énième blocage du rer A entre auber et les halles.
    pour le long board, prends l’option « été indien »…
    moi, je dis ça, je dis rien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *