Lundi

Est ce qu’on peut rattraper une journée qui a mal commencé (et s’est terminé tout aussi mal dans les embouteillages, les ampoules qui grillent, et les mails de récrimination) ?

Eh bien OUI!

Les fausses bonnes idées:
– se venger sur la nourriture ou l’alcool (étant dans mon mois vegan, je n’ai de toute façon pas le droit de me jeter sur le saucisson, mon anti dépresseur numéro un. Je peux vous dire maintenant que les carottes à l’hoummous font beaucoup moins d’effet)
– se vautrer devant la télé (faut-il vraiment expliquer pourquoi c’est une mauvaise idée), ou pire une série télé US alambiquée (on a l’impression de se cultiver mais en fait les scénaristes essaient de vos rendre accro et de prendre le contrôle de votre cerveau.)
– se vautrer sur les réseaux sociaux (vous verrez des photos de plage sur instagram ou de  créatifs en train de glander dans un café à 11 heures du matin (pendant que vous en êtes à votre cinquième réunion en franglais avec des spécialistes de la business intelligence),  et ça va vous énerver).

A la place je conseille la méthode forte, c’est à dire guérir le mal par le mal. Quitte à ce que la journée ait mal commencé, autant ne pas chercher à se réconforter mais continuer à s’éprouver jusqu’au bout.
– lecture un peu exigeante (par exemple Les oraisons funèbres de Bossuet, ou L’éthique à Nicomaque d’Aristote), avec un peu de chance, vous passerez directement à l’étape 5 (=dormir). Sinon vous pourrez toujours en tirer une ou deux citations à ressortir dans un dîner (« Ainsi donc la masse se montre donc complètement servile, préférant une existence de bestiaux » – Aristote).
– postures de yoga inversées (aident au changement de perspective). Si vous ne maîtrisez ni le poirier ni la chandelle, une petite flexion avant vous détendra agréablement.
– rangement d’une partie très en désordre de votre appartement, et/ou ménage d’une partie très sale (comme l’arrière de la cuvette des WC, si si). Permet de passer son agressivité avec un résultat visible (=satisfaction maximale)
– revue du soir. On reprend sa journée du début, et on regarde ce qui n’a pas marché en essayant d’en tirer des leçons pour la suite. Un vieux truc de ce bon Saint Ignace de Loyola, mais qui marche toujours.
– se coucher tôt. Une bonne nuit de sommeil guérit de pas mal de choses voire de tout.
– préparer ses affaires pour aller faire du sport le lendemain matin (hein? oui parfaitement je me lève tôt pour aller courir) ou à défaut sa carte de Vélib.

Bon sinon je viens d’achever ma troisième journée de ma nouvelle vie de végétalienne. Je vous raconterai tout promis (tous ces légumes secs à faire cuire m’épuisent, mais je tiens le bon bout, j’ai réussi à passer la soirée en tête à tête avec un morceau de compté, et ma vertu est sauve).

 

3 réponses

  1. Quelques bonnes pistes en effet… Pour ma part après une journée pourrie, soit je décide de boire (quand même) une bonne bière, soit je vais me coucher au plus vite…
    Sinon, bravo pour ta lancée végétalienne, mais attention toutefois à ne pas oublier de savoir écrire le Comté … peut être cette erreur est le signe d’une presque totale guérison 😉 (le comté, jeté aux oubliettes !)

  2. J’aurais tendance à choisir, par ordre de facilité :
    – le ménage/repassage : effort physique qui vide l’esprit, fatigue le corps, et qui donne un résultat immédiat : efficacité maximale (en plus on peut écouter de la musique en même temps) ;
    – la lecture exigeante : ça, Bossuet nous emmène à mille lieues des soucis quotidiens et nous ramène à l’essentiel – tous nous devrons affronter le jugement dernier, même Sa Majesté. A ressortir à son DF s’il s’oublie un peu trop !
    – la revue du soir selon Ignace de Loyola : c’est ce qui demande le plus d’efforts, mais ce qui est sans doute le plus nécessaire. Je ne le fais pas assez…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *