Comment j’ai échappé à la grippe

Oui, je sais c’est le genre de billet porte malheur. Il suffit que je l’écrive pour que demain je me retrouve terrassée sous ma couette, entre un baquet à vomi, et des kleenex usagés.

Mais comme à aujourd’hui, il semblerait que j’ai échappé à l’épidémie hivernale qui a emporté autour de moi enfants, mari, amis, collègues, et compagnons de cordée, j’en déduis que c’est non pas grâce à la chance, mais à mon hygiène de vie aussi spartiate qu’irréprochable.

Ami lecteur, amie lectrice, voici donc mes sages conseils.

BOISSONS : Je bois encore beaucoup trop de café à mon goût de naturopathe. J’en déduis, qu’il faut se conserver quelques vices pour ne pas devenir fou. Dans le même ordre d’idée, je n’ai pas arrêté l’alcool, mais je limite sévèrement ma consommation.

AIL : L’ail TUE LES GERMES. Que ce soit dit. J’essaie d’en manger le plus souvent possible, cru of course, ce qui m’évite de draguer dans le métro, et me permet de garder une vie conjugale irréprochable. L’ail cru est assez indigeste, ce que je préfère c’est l’incorporer dans la vinaigrette. Les plus timorés se rabattront sur le persil, qui bien que moins puissant a d’intéressantes propriétés anti-oxydantes (A-t-on déjà écarté un vampire avec un bouquet de persil? non).

SUCRE : Je ne mange plus de sucre (et en plus le Carême a commencé : double raison). Je me suis autorisée un joker pour les chocolats chauds. Mais finis les haribos, viennoiseries du matin, pâtisseries du goûter, yaourths aux fruits, desserts au resto… Ca a l’air infernal comme ça mais en fait c’est beaucoup plus facile qu’il n’y paraît, et surtout on se sent beaucoup plus en forme. Dès que quelqu’un me propose un truc sucré (collègue au bureau, serveur au restaurant), je le fixe dans les yeux pendant dix secondes, et je dis le plus lentement possible : « Non merci, je ne mange pas de sucre. » Effet garanti.

CITRON : Reminéralisant, alcanisant et j’en passe, il faut en boire tous les jours si possible. J’en prends dans de l’eau chaude avec ce qui me tombe sous la main (miel, gingembre, cannelle, rhum…).

SPORT : Plus on se sent fatigué, plus il faut transpirer. Rien de tel qu’un bon footing en début de rhume même si ça paraît contre intuitif. Il faut courir lentement, longtemps et bien se couvrir.

SAUCISSON AU NOIX : Bon je ne suis pas sûre que ce soit un aliment santé, mais j’en mange aussi presque tous les jours, et je ne suis pas malade (comment ça ce n’est pas une preuve?). Je  le choisis artisanal évidemment (il doit coûter aussi cher au kilo qu’une paire de Louboutin).

DODO : En grande insomniaque, le sommeil est mon point faible. Je mets quand même un point d’honneur à essayer de faire des nuits de huit heures, surtout si je me sens fatiguée.

STRESS : Ça ne sert à rien de manger du kalé et du céleri rave si on est une petite boule de nerf. Je suis d’un tempérament plutôt nerveux (euphémisme), mais dès que je sens que je commence à franchir la ligne rouge j’essaie d’agir : lecture de blogs de développement personnel (je vous ferai mon top 10), course à pied (imparable), méditation, yoga, dessin (c’est l’activité qui me relaxe le plus, surtout quand plein d’ados gothiques me disent sur instagram I LOVE YOUR ART : satisfaction maximale). Et j’évite : déjeuners de famille, trop travailler, discussions avec les autres mères de famille à la sortie de l’école (je ne sais pas vous mais moi ça fait monter mon niveau d’énervement à 8 sur l’échelle de Richter).

TRAVAIL : Le travail tue. Que ce soit rester assis huit heures par jour (hyper mauvais pour la santé, tapez donc « sitting kills » sur google), les réunions débiles (« alors là on va faire un cadrage, pour définir la road map stratégique, je vous ai préparé 54 slides »), l’écran qui donne mal aux yeux, ou les conversations de bureau (« ce week-end, on a mangé une tartiflette »). Pour ne pas trop travailler, j’ai développé plusieurs tactiques. 1. La fausse maladie (« ouh là je ne sais pas ce que j’ai mais je vais partir à 15h aujourd’hui »). 2. La concentration (plus on est concentré, moins on a besoin de passer des heures au bureau). 3. Le carnet pendant les réunions (ça peut vous sauver si pendant ce temps, vous faites la liste des courses, des prochains films à voir, de vos paires de chaussures, par contre évitez de dessiner après tout le monde va se contorsionner pour regarder par dessus votre épaule).

COMPLEMENTS ALIMENTAIRES : J’en ai parlé là. Je ne sais pas si ça marche, mais bon il faut y croire.

MAC DO : J’ai totalement arrêté, de même que la nourriture industrielle, mais ça vous le savez déjà.

3 réponses

  1. slurps ronron le saucisson aux noix… (de mon côté je pense que le beurre de cacahuètes est également un petit fortifiant pour l’hiver, ne serait-ce que parce qu’il crée un bourrelet central)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *