Se concentrer dans un monde qui veut votre peau

20150208_152122

Lundi matin. Une nouvelle journée de travail commence. Check des mails, réponse à des mails, petit tour sur internet, discussion animée autour de moi sur un sujet phare (Le Faites rentrer l’accusé d’hier soir), coup de fil perso, ouverture de excel pour commencer à bosser. Tiens déjà l’heure d’aller en réunion. Réunion, tout le monde regarde son smartphone. Echange de 48 mails pour organiser le déjeuner (« japonais? ah mais non celui là il est fermé le lundi. tu préfères italien?  Je vais aller voir sur le site du fooding tiens et on se retrouve à quelle heure du coup ? ») Tiens déjà l’heure d’aller déjeuner.

etc. etc.

A 17h, je n’ai rien fait de ce que je devais faire, et la journée est déjà bien avancée.

Notez que le monde corporate n’est pas le seul à souffrir de ce mal, les free lance et les femmes au foyers de ma connaissance se plaignent aussi de ce syndrome du « Je ne sais pas ce que je fais de mes journées », qui se poursuit souvent en « Je n’ai pas le temps de… » (faire du sport, chercher un autre travail, voir ma famille, apprendre le macramé, boucler ce dossier mega important).

Pas d’affolement c’est normal. D’une part les conditions de travail sont faites pour nous déconcentrer (open space, mails auxquels on est sensés répondre dans la demi seconde, portable…), d’autre part les grands de l’internet dépensent des fortunes et recrutent les meilleurs cerveaux modiaux pour capter votre attention et vous faire cliquer sur des liens. Du coup, tel un jeune chiot en promenade à la campagne qui s’écarte du chemin chaque fois qu’il croise un papillon, nous passons l’essentiel de nos journées d’une distraction à l’autre, sans avoir spécialement mauvaise conscience, puisque en plus c’est bien vu d’être super occupé et d’avoir en permanence le nez sur son téléphone.

Oui, mais c’est dommage.

1. Etre tout le temps interrompu (par un feed facebook, un coup de fil, ou un papillon au bord du chemin) altère les capacités de concentration du cortex préfrontal et à terme dégrade les facultés intellectuelles. (ça en jette hein?)

2. Etre en permanence en train de réagir à des stimulis de court terme (tel le chasseur du néanderthal, à l’affût dans la foret), nous empêche de réagir en homo sapiens et de faire les choses intéressantes du néolithique et d’après : inventer l’écriture, écrire la Bible, construire les Pyramides… Concrètement quand on passe ses journées à répondre à des coups de fils, ou mettre des like sur facebook, on passe d’autant moins de temps sur les actions vraiment utiles qui nous permettent d’avancer dans notre vie, et / ou de réaliser nos rêves (écrire un roman, plancher sur un projet important au bureau, apprendre à jouer du luth).

3. Quand on apprend à se concentrer on peut ne travailler que 3 heures par jour (croyez moi, ça marche) et avoir plein d’autre temps pour faire des choses intéressantes (ouvrir un blog, tester toutes les adresses du fooding 2015, ou construire une pyramide).

Oui, mais comment faire ?

1. Privilégiez l’analogique. Hein? C’est à dire au lieu de travailler sur un smartphone / un ordinateur, utilisez ce bon vieux papier et des crayons. Lisez des livres papiers de A à Z. Essayez de basculer tout ce que vous pouvez (gestion de l’agenda, des todo list, écriture de premiers drafts pour des documents) sur du papier. Ca peut paraître contreproductif, mais comme à ce jour aucun carnet Moleskine n’est capable de se mettre à clignoter quand on reçoit un mail, je vous jure qu’à la fin on en fait plus.

2. Quand vous vous concentrez sur quelque chose, fermez le mail, rangez votre smartphone au fond de votre sac et coupez votre navigateur web. Vous vous apercevrez très vite que c’est une souffrance incroyable de ne pas vérifier vos like Facebook, ou les dernières news, ou si machin a répondu à votre sms, et donc vous allez tricher. Mettez une croix sur un bout de papier, et regardez combien de fois par heure vous trichez. Vous allez voir c’est édifiant. Maintenant il ne vous reste plus qu’à faire descendre ce chiffre.

3. Séparez les fausses urgences des vraies. Au bureau tout à l’air urgent pour tout le monde. Partez de ce principe simple : quand c’est vraiment urgent, les gens rappellent. Et même ils passent vous voir. Du coup essayez de ne consulter vos mails que 5-6 fois par jour voire si vous êtes un moine de la concentration (mais dans ce cas vous ne devriez pas avoir besoin de lire ce post), une fois par jour, et ne prévoyez qu’une à deux session de réponse par jour.

4. Pratiquez des activités qui favorisent la concentration afin de rétablir vos fonctions cognitives malmenées par la vie moderne. Au choix : bricolage, dessin, peinture, méditation, musique, yoga, méditation, lecture, sport…Et laissez votre smartphone dans votre table de nuit.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *