Consomner mieux

Récemment j’ai lu ce livre:

vegetal
Même si on n’est pas intéressé par tous les sujets présentés, et surtout si on n’est pas aussi extrémiste que les personnes du livre (personnellement je ne me sens pas prête à manger 100% locavore, ni à aller jardiner dans les terrains vagues du 18ème arrondissement), c’est une lecture très stimulante qui donne plein de pistes et d’idées pour changer ses habitudes. Moi qui me croyais la pointe de la consomnation durable, je me suis rendue compte qu’il y avait encore du chemin à parcourir.

Cela dit, cela fait déjà plusieurs années que je fais beaucoup plus attention. En particulier:

  • Je n’achète plus aucun produit alimentaire ni ménager en supermarché, j’achète tout soit dans des commerçants de quartier (boucher, fromager, épicerie), soit en magasin bio.
  • Quand j’achète un produit, je réfléchis beaucoup plus à sa fabrication (qui l’a fabriqué? comment était l’usine? les gens qui travaillent dedans?) et à son avenir (où va-t-il aller quand je vais le jeter?).
  • Pour les vêtements, je ne vais plus chez Zara ni H&M depuis belle lurette. J’ai la chance d’habiter un quartier de journalistes, où les dépôts ventes sont bien fournis, donc j’achète majoritairement du seconde main, ou du vintage. Seul bémol, les achats d’impulsion au Monoprix (je suis accro à leur rayon lingerie), et les vêtements des enfants (difficile de ne pas acheter du made in China). Quand j’ai vraiment envie de neuf, je vais chez Agnès B, qui a une gamme made in France. Les chaussures, je n’achète qu’une paire ou deux par an (vous sentez mon nez qui s’allonge, là?), et l’argument de la consomnation durable me fournit une raison en or pour allonger la carte bleue sur des chaussures qui dureront dix ans.
  • J’essaie d’utiliser des cosmétiques home made (pas tous non plus, je ferai un post sur le sujet).
  • Je refuse les sacs en plastique pour les petits achats.
  • Je n’achète plus de médicaments pour toutes les maladies sans gravité (grippe, gastro, rhume…). Je reste au lit, je me repose (au lieu d’essayer d’aller travailler à tout prix en me gavant de trucs), je me fais des recettes de grand mère (pareil je ferai un post sur le sujet) et j’attends que ça passe.
  • J’essaie de limiter les emballages, en achetant en vrac ou des produits emballés dans du verre (recyclable). Je limite au maximum le plastique.
  • Enfin à mon coeur défendant, j’ai abandonné mes chers carnets Moleskine le jour où j’ai découvert qu’ils étaient Made in China. Dans le domaine de la papeterie, on trouce heureusement plein de beaux cahiers made in France !
  • Et chose dont je suis la plus fière, j’ai installé Ubuntu (distribution de Linux) sur mon vieux mac pour lui donner une seconde vie.
  • Ah et puis comme tous les parisiens bobos je roule en Autolib et en Velib, évidemment.

Bien sûr tout ne s’est pas fait du jour au lendemain ! J’ai changé mes habitudes petit à petit. Et soyons honnête, ce n’est pas naturel. Le monde moderne est construit pour que nous soyons drogués à la consomnation dans tous les domaines. C’est tellement facile de remplir tout son caddie chez Auchan d’un coup, plutôt que d’aller dans quatre commerces différents, surtout quand on travaille et qu’on a une famille. C’est tellement plus simple d’acheter une pile de vêtements pour ses enfants dans une chaîne plutôt que d’aller fouiller les dépôts vente. Ou de remplacer son frigo chez Darty, plutôt que d’aller en chercher un chez Emmaus ou au bon coin. Ou de servir des desserts industriels tout fait à table, au lieu de préparer patiemment une salade de fruit. Ou de courir chez H&M un jour de déprime et de remplir son sac d’articles à 3.99 euros. Ou d’installer Linux sur son ordinateur, pour pouvoir s’en servir deux ans de plus, au lieu d’acheter le dernier Mac parce que plus rien ne tourne sur sa vieille version d’OSX. Bref changer ses habitudes, cela demande des efforts, du temps, de la patience, et aussi de résister à toutes les sollicitations que l’on nous balance en permanence. Ca demande aussi de changer les habitudes de son entourage et ça n’est pas toujours facile non plus.

Mais comme je le disais il me reste du chemin à parcourir. Voilà ce que j’ai listé pour 2015:

– d’abord la partie la moins « durable » de ma vie est sans doute mon travail. Je travaille dans une grande entreprise du CAC 40 et si ça m’a rendu farouchement anticapitaliste, je n’ai pas changé pour autant. J’aimerais donc aller vers un métier plus en accord avec mes convictions (et qui me laisse plus de temps pour m’engager sur d’autres projets, comme du bénévolat).

– acheter plus de jouets et de vêtements des enfants d’occasion.

– diminuer encore plus les emballages et faire enfin mon tri sélectif proprement (j’avoue que depuis qu’on

– soutenir un ou plusieurs projets qui me tiennent à coeur comme la banque du miel (oui j’ai une passion pour le miel, je rêve d’avoir une ruche, et je suis persuadée qu’on peut tout guérir avec de la gelée royale).

– limiter les articles d’impulsion chez Décathlon (et que celle qui n’a jamais craqué sur la dernière veste thermique Qechua ne me jette pas la pierre).

– arrêter d’aller au ski (bouh) ou alors dans de petites stations qui respectent la montagne (ça existe?).

– cesser les achats d’impulsion chez Monop (ah le petit t-shirt d’été).

Et vous, vous avez pris des résolutions ?

2 réponses

  1. Wahou je suis impressionnée ! Tu es un vrai modèle à suivre même avec tes légers craquages (bien normal somme toutes, on vit dans le monde des tentations et de la facilité). Je trouve ça super que tu ai pris ce type d’initiative. Mon seul problème c’est l’argent, H&M et Zara c’est moins cher qu’Agnes B, et Dia c’est aussi moins cher qu’aller chez le primeur ! Mais promis dès que j’ai quitté Pôle Emploi, je m’y attèle ! Côté médication, je suis comme toi. Avant j’avais tendance à me gaver de doliprane à la moindre alerte, et maintenant je laisse la nature faire, je bois des grogs, je dors, je reste bien au chaud et ça passe. Limite je trouve que ça passe plus vite car mon corps s’est « renforcé ». Hâte de lire ton article sur les remèdes de grand-mère, c’est tellement efficace ! Que penses-tu d’ailleurs du jus de citron à boire tous les matins à jeun ?
    (tu as compris je suis une nouvelle accro de ton blog).
    Bises,
    Margaux
    http://www.sportandsand.com

    • Merci 😉 Pour l’argent c’est vrai que c’est un problème. Autant pour les vêtements, je trouve qu’on peut s’en sortir avec peu d’argent, surtout à Paris (le bon coin, ventes entre copines, friperie, Guerrisol & co). Autant pour l’alimentation, bien manger ça coûte une plombe. Et on voit tout de suite son budget exploser. Je pensais justement à faire un post sur le sujet. Et tu m’as percée à jour, OUI JE BOIS DU JUS DE CITRON TOUS LES MATINS (mais plein de cafés après, ce qui n’est pas très healthy, mais je n’arrive pas à arrêter le café).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *